Uncategorized

Des milliers de manifestants à la frontière de Gaza dans “Burn Israel Flags” vendredi

Voir ce courriel dans votre navigateur
Paumond,

Voici les dernières nouvelles de Mondoweiss:

Lire la suite:

Des milliers de manifestants à la frontière de Gaza dans “Burn Israel Flags” vendredi

Par Ahmad Kabariti

“Je suis venu aujourd’hui pour la troisième fois, dire aux soldats israéliens que si mon grand-père était incapable de retourner à Al-Majdal, où se trouve maintenant la ville israélienne d’Ashkelon, alors mon père le fera, et si mon le père échoue, je reviendrai un jour “- Deema Abu Sharekh, 7 ans, le jour de l’incendie du drapeau israélien à la frontière de Gaza.

Rejoignez la conversation >

Les explications génocidaires d’Israël pour avoir tué des manifestants non armés ne font que l’isoler davantage

Par Jonathan Ofir

Les dirigeants israéliens ont fait des allégations génocidaires à l’encontre des Palestiniens, et la rhétorique semble finalement se retourner contre eux. La ligne d’Israël sur “se défendre contre les terroristes” est rejetée par le monde. Et le processus accélère la délégitimation d’Israël en tant que soi-disant démocratie libérale.

Rejoignez la conversation >

Le sénateur Warren et 5 congressistes critiquent finalement les meurtres d’Israël; la pression monte sur Feinstein

Par Philip Weiss

Comme plusieurs politiciens libéraux démocrates s’opposent finalement au tir israélien de Palestiniens non armés à la barrière de Gaza, un reportage dans al-Monitor suggère qu’Israël a ciblé des journalistes palestiniens la semaine dernière parce qu’il était préoccupé par la critique internationale de ses actions.

Rejoignez la conversation >

Le jeu de Dershowitz

Par Philip Weiss

Alan Dershowitz est devenu un défenseur de Donald Trump sur les ondes à une époque où le président a peu de copains légaux. Et les intérêts d’Israël sont proches. Dersh est un intermédiaire du Premier ministre israélien Netanyahou, et l’EPA a conclu un accord de recherche avec une compagnie israélienne des eaux dont Dersh est membre du conseil d’administration – sous l’impulsion du donateur de Trump, Sheldon Adelson.

Pour le troisième vendredi consécutif, Deema Abu Sharekh a préféré participer à la marche hebdomadaire à l’est de Gaza au lieu de se divertir avec des amis et des voisins du quartier de Shejaiya, qui a subi des dizaines de morts et de nombreuses destructions pendant les 50 jours. conflit entre Israël et Gaza en 2014.

La jeune fille de 7 ans, blonde et rose à cause du soleil, est arrivée au rassemblement avec son père à midi et est allée à ‘Malaka’; l’un des quatre autres lieux de protestation le long de la frontière israélo-palestinienne, qui devrait se terminer à la mi-mai à l’occasion du 70e anniversaire de la Nakba palestinienne où près de 700 000 Palestiniens ont été déplacés par les forces israéliennes en 1948.

Deema Abu Sharekh. Photo de Mohamed Asad

“Je suis venu aujourd’hui pour la troisième fois, pour dire aux soldats israéliens que si mon grand-père était incapable de retourner à Al-Majdal, alors mon père va le faire, et si mon père échoue, Je reviendrai un jour là-bas », m’a dit Deema. “Je ne sais rien à propos d’Al-Majdal, mais mon grand-père et mon père disent que c’est notre ville d’origine et je n’ai pas peur de ces bombes à gaz ou de balles.

“Ma mère me disait tous les jours qu’elle me préparait pour l’école:” Sois fort, mon chéri, ne laisse personne prendre ton sandwich. ” Alors aujourd’hui, je ne laisserai pas les Israéliens m’empêcher de revenir “, a-t-elle dit en tenant une affiche en train de lire:” Je suis un enfant d’Al-Majdal “.

Protestations à Gaza, 13, 2018. Photo par Mohamed Asad.

Les rassemblements protestent contre le siège en cours, mais ils affirment également ce qu’ils disent être un “droit de retour” des réfugiés et de leurs descendants dans ce qui est maintenant Israël.

Manifestations à Gaza, 13 avril 2018. Photo de Mohamed Asad.

La troisième des six semaines prévues de marches était prévue aujourd’hui sur le thème de la destruction massive du drapeau israélien et de la levée du drapeau palestinien sur la barrière frontalière.

Manifestations à Gaza, 13 avril 2018. Photo de Mohamed Asad.

Le ministère de la Santé de Gaza a rapporté qu’un Palestinien de 28 ans a été tué par les tirs israéliens et 223 ont été blessés. Le nombre de morts a augmenté à 33 parmi les manifestants en deux semaines, avec plus de 1600 blessés par les tirs israéliens depuis le 30 mars, selon le ministère.

Vendredi matin, de jeunes hommes en colère affluaient près de la clôture, tandis que des groupes d’hommes réussissaient à détruire des parties de la clôture frontalière, en la tirant par de longs câbles d’acier. Les amis près de la clôture ont allégué qu’ils pourraient vendre le matériel après le recyclage.

Des morceaux de la clôture. Photo de Mohamed Asad

Pendant ce temps, des jeunes sont arrivés en criant de colère alors qu’ils portaient sur leurs épaules un cercueil enveloppé dans un drapeau israélien portant les mots: “A la fin d’Israël”. Le cercueil présentait des photos de deux soldats israéliens dont les restes sont détenus par le Hamas – Hadar Goldin et Oron Shaul – et deux civils israéliens capturés, Hisham al-Sayed et Avera Mengistu.

Cercueil enveloppé dans un drapeau israélien portant les mots: “À la fin d’Israël.” Photo par Mohamed Asad

La semaine dernière, des hommes palestiniens ont ramassé des milliers de vieux pneus avant de les brûler vendredi dernier lors de la manifestation pacifique le long de la frontière orientale de Gaza.

Photo par Mohamed Asad.

L’armée israélienne a fait valoir que les mouvements militants de Gaza cherchent à transformer la zone frontalière en une zone de conflit, et a déclaré qu’elle avait le droit de défendre sa frontière souveraine.

Lors du rassemblement d’aujourd’hui, les manifestants ont créé une nouvelle façon de déranger les soldats israéliens perchés sur les collines de sable au-delà de la barrière: les manifestants ont mis le feu aux cerfs-volants et les ont relâchés dans les champs agricoles israéliens.

Les pprotesters se préparent à mettre le feu aux cerfs-volants et les relâchent par la barrière dans les champs agricoles israéliens. 13 avril 2018. Photo par Mohamed Asad.

Déplacés dans la ville de Rafah, à 35 km au sud de Gaza, certains manifestants ont placé des affiches du président américain Donald Trump, du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et du prince héritier saoudien Mohammed bin Salman, qu’ils croient coopérer avec Israël.

Les rassemblements ont débuté le 30 mars et ont créé un énorme défi pour le gouvernement israélien, qui a ignoré la critique mondiale de son utilisation du feu meurtrier contre des manifestants non armés, déclarant que ses règles d’engagement sont nécessaires et immuables.

 “Pas de vie à Gaza”

À quelques mètres des trois affiches brûlées, Lubna Abu Jazar, 46 ans, a participé au rassemblement avec sa fille de 9 ans.

“Je viens du village d’Al-Sawafir al-Sharqiyya [situé à 32 km au nord-est de Gaza sur des terres maintenant en Israël], et je crois dans mon cœur que le retour dans ce village doit se faire même dans dix ans”. , un professeur d’école de mathématiques, a déclaré à Mondoweiss .

“Personnellement, je n’ai pas peur car je ne peux pas trouver une vie pour moi ou mes huit membres de la famille à Gaza”, a-t-elle dit.

Les Palestiniens affirment que des manifestants sont abattus alors qu’ils ne représentent aucune menace pour les soldats, et le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, et l’UE ont appelé à une enquête indépendante.

Source: Des milliers de manifestants à la frontière de Gaza dans “Burn Israel Flags” vendredi

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s