Uncategorized

Crise pour la démocratie britannique: Theresa May contourne le Parlement britannique sur une question de guerre et de paix en Syrie

Par Alexander Mercouris le 13 avr. 2018 16:17 pm

Lire la suite »
____________________________

Par Anabel Cooper le 13 avr. 2018 16:05

Lire la suite »
____________________________

Par Alex Christoforou le 13 avr. 2018 15:14

Lire la suite »
____________________________

Par Vladimir Rodzianko le 13 avr. 2018 13:44

Lire la suite »
____________________________

Par Eric Zuesse le 13 avr. 2018 12:30 pm

Lire la suite »
____________________________

Par Alex Christoforou le 13 avr. 2018 11:01

Lire la suite »
____________________________

Par Alex Christoforou le 13 avr. 2018 10:33 am

Lire la suite »
____________________________

Par Ricky Twisdale le 13 avr. 2018 09:40

Lire la suite »
____________________________

Par Alex Christoforou le 12 avr. 2018 22:43

Lire la suite »
____________________________

Par Vladimir Rodzianko le 12 avr. 2018 20:52

Lire la suite »
____________________________

Articles récents:

Pentagone admet aucune preuve d’attaque chimique en Syrie, en se fondant sur les « médias sociaux » 
vidéo TROUBLANTE montre aux enfants syriens apprendre à simuler une attaque chimique 
France considère maintenant frappant la Syrie, Macron affirme qu’il a « preuve » Assad utilisé des armes chimiques 
Trump à venir à ses sens ? Son dernier tweet pourrait suggérer de telles 
preuves de la part d’un journaliste de la BBC exposant des casques blancs mettant en scène des attaques chimiques à Douma

Les titres d’aujourd’hui:

Crise pour la démocratie britannique: Theresa May contourne le Parlement britannique sur une question de guerre et de paix en Syrie

Theresa May prête à rompre la convention en prenant la Grande-Bretagne en guerre contre la Syrie et peut-être la Russie sans consulter le Parlement

Rien n’illustre mieux l’effondrement total non seulement des garanties constitutionnelles mais de tout semblant de pensée critique dans les médias britanniques que le fait que la décision extraordinaire du Premier ministre britannique Theresa May d’ignororer les avis du Parlement britannique sur une question de guerre ou de paix La Syrie ne reçoit aucune critique dans les médias.

Au contraire, des voix stridentes dans les médias l’incitent à partir de la guerre sans consulter le Parlement.

En 2013, dans le cadre d’une proposition antérieure d’attaquer la Syrie, le gouvernement britannique a confirmé que le Parlement serait toujours consulté avant toute décision d’engagement forces armées britanniques dans une action militaire. dans une situation où il n’y avait pas d’urgence urgente et où la Grande-Bretagne elle-même n’était pas attaquée.

This article has been established in the debut of debuts of the militaries britanniques in Afghanistan and Iraq and Libye.

Ces risques d’une attaque contre la Syrie sont cependant beaucoup plus grands qu’ils ne l’étaient dans ces guerres précédentes.

Non seulement le système de défense aérienne syrien est-il beaucoup plus sophistiqué que tout ce que l’armée britannique a déjà affronté, mais il s’oppose vigoureusement à l’attaque armée contre la Syrie – et aux puissantes forces armées déjà stationnées en Syrie – la Russie, superpuissance nucléaire qui menace de prendre une contre-action si une attaque a lieu.

Il y a déjà des craintes – à mon avis mal placées mais difficilement justifiées dans les circonstances – qu’une attaque contre la Syrie pourrait dégénérer hors de contrôle et pourrait même mener à la Troisième Guerre mondiale.

La nécessité de consulter le Parlement dans une telle situation avant de prendre toute mesure qui pourrait avoir de telles conséquences catastrophiques devrait être évidente, et pourtant il semble que c’est précisément ce que Theresa May et son gouvernement sont déterminés à ne pas faire.

De plus, les raisons de ne pas le faire ne sont pas parce qu’ils sont sûrs de leur soutien au Parlement, qu’ils ont l’impression de pouvoir le soutenir.

C’est parce qu’au contraire, ils s’inquiètent du fait qu’ils n’ont PAS le soutien du Parlement et qu’ils pourraient perdre le vote sur une attaque contre la Syrie si elle avait lieu.

De plus, ce manque apparent de soutien à la guerre au Parlement est assorti – peut-être même plus fortement – dans l’ensemble du pays.

Un sondage YouGov du Times of London montre que seulement 22% des Britanniques soutiennent une grève en Syrie, 43% s’y opposent et 34% ne sont pas certains.

Que le gouvernement britannique craigne de perdre un vote sur une question de guerre ou de paix sur une question où la majorité ou au moins une majorité de Britanniques s’oppose à ce que ce soit une bonne raison d’éliminer le Parlement devrait être évident.

Au contraire, précisément parce que le Parlement et le pays sont divisés sur ce qui est une question de guerre ou de paix, dans tout État qui se dit démocratique et où le Parlement est censé être souverain, il devient encore plus essentiel de le consulter.

À ceux qui disent que la consultation du Parlement n’est qu’une convention, je répondrai que la constitution britannique étant en grande partie non écrite, elle consiste principalement en conventions, de sorte que les ignorer revient à remettre en cause toute la structure constitutionnelle britannique, avec des conséquences qui ont toujours été perçues comme désastreuses.

Franchement, que Theresa May propose sérieusement d’amener la Grande-Bretagne à la guerre en Syrie et de risquer un affrontement armé avec la Russie sans consulter le Parlement, c’est tout simplement incroyable.

Qu’elle soit si peu critiquée par les médias pour le faire n’est pas seulement incroyable, c’est au-delà de l’inquiétude et c’est franchement incroyable.

Il souligne la triste vérité que tous les médias en Grande-Bretagne ont été capturés par le lobby de la guerre, qui ne laissera pas de bagatelles comme le droit international, le droit constitutionnel britannique, la démocratie, la souveraineté du Parlement ou les vœux du peuple britannique. à la manière de la guerre dont ils ont envie, mais que la plupart des Britanniques ne veulent pas.

Tout indique que les Britanniques sont en désaccord avec eux sur ce point comme sur bien d’autres choses – déjà une grande manifestation est organisée lundi – et si Theresa May et son gouvernement continuent sur leur lancée, je m’attends à ce que ces manifestations se multiplient.

Cela dit, compte tenu de la rapidité avec laquelle les garanties constitutionnelles et juridiques fondamentales en Grande-Bretagne semblent s’effriter, je commence à me demander pendant combien de temps encore il sera possible de protester.

Le Duran
EUR

Achetez-nous un café ☕

Chaque dollar, livre et euro que vous nous envoyez aide notre publication à rester active, à atteindre plus de personnes et à continuer de faire la lumière sur les questions sociopolitiques de notre temps.

Voulez-vous aider à exposer les mensonges des médias grand public?

En tant que lecteur de The Duran, vous êtes au courant de toute la propagande et la désinformation rapportées par les médias traditionnels. Vous savez à quel point il est important de faire la lumière sur de vraies nouvelles.

S’il vous plaît, soutenez The Duran et aidez-nous à continuer de rapporter des nouvelles justes, équilibrées et réelles.

Source: Crise pour la démocratie britannique: Theresa May contourne le Parlement britannique sur une question de guerre et de paix en Syrie

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s