Uncategorized

Le commandant de la guérilla de l’ELN: “La Colombie est un pays en guerre” – RT

https://school.rt.com/es/
https://es.rt.com/5r1z

Le commandant de la guérilla de l’ELN: “La Colombie est un pays en guerre”

Affiché le: 13 avr 2018 03:02 GMT | Dernière mise à jour de la fiche: 13 avr 2018 15:04 GMT

La référence de l’Armée de libération nationale (ELN) et chef de sa délégation dans les pourparlers de paix avec le gouvernement, Pablo Beltrán, a été interviewé exclusivement par RT.

Le commandant de la guérilla de l'ELN: "La Colombie est un pays en guerre"

Les membres de l’Armée de libération nationale montrent leurs armes dans le département du Chocó.
LUIS ROBAYO / AFP
Suivez-nous sur Facebook

C’est jeudi 5 avril après-midi en République de l’Équateur. A une heure de Quito, la capitale, il y a une petite et humble ville appelée Cashapamba, dans la province de Pichincha, où depuis plus d’un an, des représentants du gouvernement de la Colombie et de l’Armée de Libération Nationale (ELN) de ce pays ils développent les soi-disant dialogues de paix . L’intention, dans les journaux, est de mettre un terme à un conflit armé qui a eu lieu entre le groupe de guérilla et les forces de l’État pendant plus de cinq décennies. Cependant, il reste encore un long chemin à parcourir avant la fin des combats.

La propriété obtenue par la Présidence équatorienne pour fournir une scène pour les négociations appartient à la Pontificia Universidad Católica, qui a cédé son siège de pays pour débloquer le conflit. Le site est caché, et malgré sa grande taille, les voisins ignorent son existence. En d’autres termes, ils ne savent pas que l’un des débats les plus intenses en Amérique latine se déroule là-bas. Au bout d’une petite rue interne, vous pouvez voir une porte noire gardée par la police équatorienne. Ils nous ont laissé entrer, mais ils préviennent qu’ils ne peuvent pas prendre de photos dans cette belle terre universitaire, idéale pour une journée sur le terrain.

Le commandant de l’ELN, Pablo Beltrán, est interviewé par RT au siège des pourparlers de paix. Leandro Lutzky / RT

Un fonctionnaire nous accompagne pour trouver l’hôte de la journée, qui attend dans une maison de luxe à l’arrière de la propriété. L’endroit est gardé par les autorités locales, qui saluent et sourient à notre visite. Commandant Pablo Beltran, l’un des membres les plus influents de l’ELN et chef de la délégation des dialogues dans les négociations apparaît et salue avec un sourire. Il serait difficile de supposer que cet homme de 63 ans, de taille moyenne et une sérénité remarquable Compte tenu du degré de tension dans son pays, les formes du commandement central du groupe armé.

La salle où le rapport est développé est gardée par les militants de l’armée révolutionnaire, qui disposent d’une organisation de sécurité opérationnelle pour ce genre de réunions. Là, ils communiquent entre eux avec des émetteurs et des récepteurs portables . L’un des guérilleros nous offre du café, et tout est prêt pour commencer l’entretien avec la milice, qui n’a pas encore signé d’accord de paix avec le président colombien,  Juan Manuel Santos .

Pablo Beltrán, commandant de l'Armée de libération nationale et leader des pourparlers de paix.
“Nous n’aurions pas autant d’années de guérilla si nous n’avions pas de bases sociales, ou si nous ne représentions pas les intérêts d’une grande partie de la population en Colombie”.Pablo Beltrán, commandant de l’Armée de libération nationale et leader des pourparlers de paix.

Beltrán est entré dans le mouvement dans les années 70, alors qu’il étudiait l’ingénierie. A cette époque, le groupe avait une grande influence dans le monde universitaire. La tendance idéologique de l’ELN est socialiste, principalement avec des racines marxistes. Couleurs rouge et noir représentant le groupe de guérilla sont inspirés par l’action révolutionnaire du Nicaragua de Augusto Sandino Calderón, conduit dans les années 1920, et le mouvement 26 Juillet la révolution cubaine, né en 50. doctrine Guevarista, soulève la guerre de guérillas pour obtenir le pouvoir, est un bastion fondamental dans la conformation de l’ensemble rebelle. En fait, l’interviewé ne cache pas que le but ultime est de prendre le contrôle de la Colombie.

Lorsque les victimes ou les effets secondaires du conflit, le discours du commandant devient théorique ne sont pas mentionnés: « Alors que de nombreux pays de la région avaient des processus démocratisant, au XXe siècle en Colombie , qui n’a pas eu lieu . Il est une élite qui est réfractaire à des changements. par exemple, si vous regardez les agents de l’ Etat, sont très subordonnées aux multinationales minières, et si vous les indices de concentration des terres regardez les zones les plus minières sont les plus misérables., sont pires le cas échéant. l’indice de développement humain, la Colombie est l’un des pays les plus inégalitaires du continent “, explique le dirigeant pour expliquer pourquoi ils manient des armes il y a presque 53 ans.

Les guérilleros de l’Armée de libération nationale colombienne (ELN) forment des rangs. LUIS ROBAYO / AFP

RT: Croyez-vous à la démocratie représentative?

PB: Quand il n’y en a pas plus, au moins c’est quelque chose. Cependant, la force alternative révolutionnaire conjoint ( FARC ) vient de devenir un parti politique et il est une atmosphère d’hostilité, clôture du harcèlement et où même pas envie de laisser émerger comme une force politique. Donc, pour qu’il y ait des changements en Colombie, il faut qu’il y ait une très grande participation de la société.

RT: Peut-on faire la révolution sans soutien social? Ont-ils l’acceptation du peuple colombien?

PB: S’il vous plaît … Nous ne serions pas autant d’années en tant que guérilleros si nous n’avions pas de bases sociales, ou si nous ne représentions pas les intérêts d’une grande partie de la population en Colombie. C’est la seule explication, à cause des ennemis, nous avons la plus grande machine militaire qui a connu l’histoire de l’humanité, qui est les États-Unis, et l’oligarchie colombienne est son proche allié. Quel élément de la machine militaire américaine n’a pas été testé ici? Aucun

RT: L’Administration Santos déclare que l’ELN ne compte que 1 500 membres. Est-ce réel?

PB: Nous sommes heureux que le gouvernement ait ses chiffres – il rit – mais ils ne comptent pas sur les secteurs urbains ou les adhérents des autres régions du pays. Il est difficile de dire combien nous sommes.

Pablo Beltrán, commandant de l'Armée de libération nationale et leader des pourparlers de paix.
“La majorité des privations de liberté sont pour des raisons de sécurité, la Colombie est un pays en guerre, vous ne pouvez pas apparaître dans n’importe quel coin et ne pas dire ce qu’elle va, d’où elle vient ou qui elle est, ce sont des actions très communes”.Pablo Beltrán, commandant de l’Armée de libération nationale et leader des pourparlers de paix.

RT: Est-il possible de développer une plate-forme électorale pour l’Armée de libération nationale?

PB: Notre force est d’avoir une large insertion sociale. Promouvoir l’organisation des personnes et aussi de ceux qui ont des options électorales. Mais ce n’est pas notre seule aspiration, les changements en Colombie ne viendront, au moins, que si de grands secteurs de la société sont organisés pour la presse. Sinon, il restera le même.

RT: Le 27 mai prochain, il y aura des élections présidentielles en Colombie. Avec quel candidat l’ELN serait-elle renforcée? Êtes-vous incliné vers un en particulier?

PB: Tant de présidents ont passé … L’essentiel est que tout gouvernement restant, quel qu’il soit, donne une continuité au processus de solution politique. Nous invitons tous les candidats à parler avec nous.

RT: Votre but ultime est-il la prise du pouvoir?

PB: Bien sûr. S’il y a des classes minoritaires privilégiées qui gouvernent pour elles-mêmes, elles doivent être retirées du pouvoir.

RT: Et s’ils prennent le pouvoir, comment ce scénario pourrait-il être?

PB: C’est un scénario très simple. Tout gouvernement qui veut réussir en Amérique latine doit faire des réformes sociales. Les principaux sont la santé et l’éducation. L’argent provient des ressources que possèdent les multinationales. Conclusion: vous finissez par faire un combat souverainiste.

Guerrilla de l’ELN Western Front est en garde dans le département de Chocó, en Colombie. LUIS ROBAYO / AFP

RT: Gustavo Anibal Giraldo commandant Quinchía a reconnu que l’ELN a enlevé le directeur du Département Municipal Utilities de Arauca, José Leonardo Rodriguez Ataya et ingénieur Ecopetrol, Rafael Andrés Riaño. À son tour, récemment, ils ont été libérés l’ex-candidat à la mairie de la commune de Teorema, Arturo Beane, et les citoyens Yulbreider Pallares Beane, Ronald Montejo et Leonardo Pallares, selon la police locale qui avaient été enlevés par son groupe. Pourquoi font-ils ce genre d’actions?

PB: La majorité des privations de liberté sont dues à des conditions de sécurité. La Colombie est un pays en guerre, vous ne pouvez pas apparaître dans n’importe quel coin et ne pas dire ce que c’est, d’où il vient ou qui il est. Ce sont des actions très communes. D’autres privations ont un but économique. Dans les régions où nous sommes, les gens paient des impôts. Quand ils ne paient pas, des difficultés temporaires sont faites pour faire pression sur le paiement de ces taxes.

RT: Travaillent-ils comme un état parallèle?

PB: C’est vrai.

RT: Qu’est-ce que le paiement des taxes?

PB: Par exemple, les producteurs d’une zone d’élevage paient des frais de sécurité à l’aise. De plus, lorsqu’un commerçant vient acheter de la coca, il doit nous payer de l’argent supplémentaire.

RT: Les privations de liberté ne génèrent-elles pas un rejet social?

PB: Non, car il s’avère qu’il existe de nombreuses régions où l’Etat n’existe pas, avec des mafias et des gangs, et la guérilla implique toujours une régulation sociale. Maintenant que les FARC ont été démobilisées et que de nombreux phénomènes criminels ont explosé, le gouvernement lui-même les explique par l’absence de guérilla. Ensuite, l’Etat n’est pas ou n’a qu’une expression répressive. Dans cette zone, notre guérilla fait un contrôle social, mais sur la base des normes de coexistence des communautés.

Des membres du front ‘Omar Gomez’ de l’ELN gardent le département du Chocó, en Colombie. LUIS ROBAYO / AFP

RT: Quel message voulez-vous donner avec les enlèvements?

PB: Regardez, s’il y a pénétration d’espions, dans nos régions, c’est considéré comme une action défensive pour l’arrêter. À la table des négociations, il est devenu clair que des mesures défensives sont toujours prises.

RT: Si quelqu’un entre dans l’un de ses territoires, l’enlève-t-il?

PB: Eh bien, voyons ce qui est apparu. Vous pouvez transporter un appareil photo, mais il peut également contenir une puce satellite. C’est une guerre. Vous pouvez dire que ça vient du Vatican, mais d’abord vous devriez le prouver.

RT: Quels sont les domaines où ils ont le plus d’influence?

PB: Si vous regardez tout le Pacifique, du Panama à l’Equateur, c’est 900 kilomètres. Si vous regardez la frontière entre la Colombie et le Venezuela, c’est 2 200 kilomètres. Si vous regardez toute la partie sud-ouest de la Colombie, où les Andes s’ouvrent dans trois chaînes de montagnes, et si vous voyez où se termine la chaîne de montagnes centrale, et les plaines ou forêts qui vont à l’Amazonie, ils sont traditionnellement la La guérilla a été historique.

RT: Dans ces endroits, il n’y a pas d’état formel?

PB: Ils ne font pas de présence. Regardez le département de Chocó, si quelqu’un tombe malade, il doit se rendre à la municipalité de Pereira ou à Medellín pour recevoir des soins de santé, parce qu’il n’y a pas d’hôpitaux. C’est un état raté, alors il n’existe pas.

RT: Est-il vrai qu’ils reçoivent un soutien du Venezuela, comme le gouvernement Santos insinue?

PB: Eh bien, les relations existent, parce que les paysans qui vivent près de la frontière commune, c’est comme s’ils avaient la double nationalité. Mais nous n’avons pas reçu de soutien logistique sur le territoire colombien.

Des membres de l’Armée de libération nationale descendent d’un bateau après avoir observé la jungle en Colombie. Federico Rios / Reuters

RT: Pourquoi la guérilla est-elle liée au trafic de drogue? 

PB: Les agriculteurs qui cultivent la coca le font parce que c’est la seule culture rentable. Si elles poussent quelque chose d’autre, cela ne fonctionne pas. La Colombie importe aujourd’hui du riz, du café et du maïs. Avec la mondialisation, depuis les années 1990, il y a eu une ouverture économique. L’importation de nourriture est très importante et l’économie paysanne est brisée. Néolibéralisme Au cours de la dernière année, les cultures ont augmenté. Dans nos territoires, l’augmentation existe, et ce que nous faisons, c’est organiser des associations paysannes de producteurs de coca. Viennent ensuite les fumigations aériennes avec le glyphosate et la répression, mais les paysans s’organisent pour l’empêcher.

RT: Ça ne répond pas à la question. Les liens avec le trafic de drogue sont-ils réels ou une invention de la presse?

PB: Nous facturons des taxes aux types qui vont acheter la coca dans nos zones, mais nous avons une interdiction absolue d’impliquer nos forces dans les laboratoires, les voies ferrées, les cargaisons ou les routes. Tout au long de la chaîne, nous ne touchons que la première étape, qui est le type qui pénètre dans les zones paysannes pour acheter la feuille de coca.

RT: Mais, vous savez ce qui se passe ensuite avec cette feuille de coca, non?

PB:  Oui, il y a des laboratoires, mais nous cherchons à ce qu’ils ne soient pas dans nos zones d’influence, parce qu’ils font des processus très artisanaux et nuisibles. C’est de là que vient la fissure, par exemple. Mais il a une étude économique. Si vous regardez à partir du moment où l’agriculteur sème jusqu’à ce que la cocaïne soit vendue dans les rues de New York, 98% du bénéfice reste aux États-Unis. Le 2% est entre le petit commerçant, qui le sort de la zone et le met dans les ports, et le fermier, qui parvient difficilement à payer ses frais.

Pablo Beltrán, commandant de l'Armée de libération nationale et leader des pourparlers de paix.
“Cette oligarchie ne gouvernera jamais pour le peuple, cette idée doit être prise hors de la tête”.Pablo Beltrán, commandant de l’Armée de libération nationale et leader des pourparlers de paix.

RT: Au-delà de sa défense à la paysannerie, n’est-il pas contradictoire de participer au processus connaissant son destin final?

PB:  Oui et non. Nous serons toujours à côté des gens. Nous défendons que le paysan ne fait pas quelque chose de criminel. Si l’agriculteur avait une autre source de revenus, nous sommes les premiers à dire qu’il existe une substitution volontaire des cultures, comme l’ ont déjà dit les Nations Unies .

RT: Les FARC ont publiquement dénoncé le fait que l’ELN a tué certains de ses membres. C’est vrai?

PB:  Il y a eu des affrontements. Nous étions réunis ici avec leurs dirigeants, nous avons examiné la situation et dans de nombreux domaines, il y a des mélanges très difficiles. Par exemple, des groupes qui se considèrent comme les FARC et qui ne se sont pas impliqués dans le processus de paix, d’autres qui ont quitté les lieux où ils étaient concentrés. Dans la région du Pacifique, il existe des bandes liées aux cartels mexicains. Dans ces zones conflictuelles, il pourrait y avoir eu des conflits ou des erreurs de notre part, avec les FARC.

RT: Les erreurs sont-elles des morts?

PB:  Oui, bien sûr.

RT: Pouvez-vous visualiser un travail dans son ensemble?

PB: Nous rencontrons les FARC dans tous les coins de la Colombie, pour tout. Dans la lutte sociale, électorale ou dans l’organisation des communautés coopératives. Ce sont des efforts d’unité d’action. Des processus conjoints doivent être mis en place pour poursuivre le processus de paix. C’est-à-dire que nos négociations avancent, mais que le gouvernement réalise son accord avec les FARC. La violation de la présidence nous dit que ce n’est pas une bonne contrepartie.

RT: Y aura-t-il un nouveau cessez-le-feu?

PB: Nous travaillons là-dessus.

RT: Dans quelle situation sont les négociations avec le gouvernement?

PB: D’une part, un équilibre est fait entre la cessation précédente et une nouvelle est prévue. Une autre partie de la table est chargée de créer la conception du dialogue national, afin que la société participe à la solution politique. Le cessez-le-feu doit être pour favoriser l’avancement de l’ordre du jour. L’agenda doit proposer des transformations qui changent les causes qui motivent le soulèvement armé. Ce n’est pas donner une issue à une guérilla, parce que nous sommes un moyen de plus. Cela devrait permettre à plus de gens de sortir de l’apathie, avec un effet mobilisateur. Que vous écoutiez des gens qui n’écoutent jamais et n’autorisent pas de larges secteurs.

Les rebelles de l’ELN placent un drapeau dans la jungle de Colombie. Federico Rios / Reuters

RT: Quel accord avez-vous passé avec Santos quatre mois après la fin de votre mandat?

PB: Dans ce temps-là, nous devons accomplir le plus de progrès possible dans les négociations afin de laisser le processus avancé à un point de consolidation, de sorte que tout président qui arrivera sera poussé à assurer la continuité.

RT: Quelles sont vos exigences pour déposer vos armes?

PB:  Nous sommes en guerre depuis plusieurs décennies … La première chose est de sortir la violence de la politique et de consolider une force alternative qui la défie.

RT: Il manque tellement de choses pour voir la paix en Colombie.

PB: La route est longue. Ce n’est pas en vain qu’il est le principal allié des États-Unis. en Amérique latine, et ils savent comment rester au pouvoir. Nous devons organiser cette ville. Il manque beaucoup.

RT: Avez-vous déjà tué quelqu’un?

PB:  Non, car généralement dans le rôle de commande on n’est jamais dans les premières lignes. J’ai commencé dans la guérilla urbaine et ce que nous avons fait le plus, c’était de la propagande ou des expropriations économiques, comme les vols de banque et les bijouteries, parce que l’argent est nécessaire.

RT: Tu tuerais pour la paix?

PB:  Cette oligarchie ne gouvernera jamais pour le peuple, cette idée doit être prise hors de la tête. Conclusion? Vous devez vous organiser pour prendre le pouvoir, c’est le travail. L’oligarchie doit décider comment le livrer, que ce soit pacifiquement ou par les armes.

Leandro Lutzky

Tags: 

Source: Le commandant de la guérilla de l’ELN: “La Colombie est un pays en guerre” – RT

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s