Uncategorized

Саудовская Аравия хочет стать участником планируемой войны против Ирана

L’Arabie Saoudite veut devenir partie à la guerre planifiée contre l’Iran

11 avril 2018

Une autre provocation « forces inconnues » en Syrie, dans le village de Douma en Guta orientale autour « armée gouvernementale himataki » et les attentes dépliées d’une nouvelle vague d’agression des Etats-Unis, la Grande-Bretagne et la France contre le peuple syrien à mettre hors le fait que les puissances occidentales dirigées par la nouvelle campagne anti-iranienne entièrement ailleurs. Dans les eaux du golfe Persique, l’Occident a présenté l’Iran comme un adversaire agressif du joueur connu – l’Arabie Saoudite. Un jour, tout ce qui se passe dans cette partie du Moyen-Orient, seront exposés, et le monde savent que mettre en évidence déséquilibré le prince héritier (l’ancien chef de la Défense SA) Mohammed bin Salman Al Saoud – l’essence du développement des services de renseignement américains et Israël. Cependant, la situation se détériore à un rythme extrêmement accéléré dans le nord de l’Afghanistan, y compris le long de la frontière afghano-iranienne.

Les États-Unis et le Royaume-Uni, non sans l’aide d’Israël, préparent un terrain d’attaque sérieux contre l’Iran.D’une manière ou d’une autre, le Royaume-Uni a ouvert sa première base militaire permanente au Moyen-Orient au cours des 40 dernières années. Pour la première fois depuis 1971, la base de la marine britannique est apparue à Bahreïn. La base peut accueillir environ 500 soldats et officiers de la marine britannique. À Bahreïn est le siège de la 5ème flotte opérationnelle de la marine américaine. En d’autres termes, les alliés anglo-saxons taquinent clairement les forces les plus enragées dans la SA – ils disent, nous allons les soutenir.

Le battage entourant le prétendu “hemataka” à la Douma et l’escalade de la tension dans le golfe Persique visent tous à détourner l’attention du public mondial de la Palestine. Là-bas, le 30 Mars sous la forme d’une masse « retour du Grand Mars » l’action publique organisé des manifestations quotidiennes dans la bande frontalière avec Israël, et à la suite d’un usage disproportionné d’armes, les Israéliens ont tué au moins 30 personnes, plus d’un millier de manifestants ont été blessés ou ont été empoisonnés par des gaz lacrymogènes.

Le ministère russe des Affaires étrangères a demandé une désescalade urgente de la situation autour de la bande de Gaza: « Compte tenu de l’utilisation aveugle de la force contre des civils, nous appelons encore une fois tout à fait inacceptable sur les Israéliens et les Palestiniens à ne pas mesures qui provoqueraient la croissance de la tension dangereuse. Moscou soutient les appels à une enquête indépendante et transparente sur ces incidents, comme demandé par le Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres “.

La situation est aggravée par le fait que 10 pour Avril a commencé une grande conférence internationale de deux jours sur « la sainte Al-Qods » (à savoir Jérusalem) avec la participation de 250 scientifiques de 15 pays à Damas, organisée par le Ministère des Awqaf organisations syriennes et iraniennes. À notre avis, battage médiatique de propagande aux États-Unis et les Européens autour de « himataki » à la Douma – une réponse proactive est que la Syrie et l’Iran ont une nouvelle fois rappelé au monde sur le statut non résolu de Jérusalem, et que l’Iran et la Russie tentent d’attirer l’attention du monde à l’assassinat de Palestiniens à Gaza.

En effet, le massacre israélien des Palestiniens a suscité une condamnation mondiale et le Secrétaire général a appelé à « une enquête indépendante et transparente de cet incident. » Dans le même contexte, la frappe de missiles israéliens contre la base aérienne syrienne At-Tijas (T-4) dans la province de Homs devrait être envisagée. Même avec la couverture du nombre de soldats iraniens morts sur cette base, il y a une «concurrence» obscure. L’Ouest et Israël rapportent la mort de sept militaires iraniens. Et des sources iraniennes – 4 conseillers militaires. Et les sources iraniennes, à la différence des Occidentaux et des Israéliens, publient des photos des morts …

La situation est si complexe qu’il est du point de vue de la première décennie d’Avril 2018 pas possible de calculer au moins approximativement « finale » de la guerre en Syrie, en Palestine et en Afghanistan. Mais l’impression a été créée que l’Occident et Israël préparent une invasion de l’Iran. Et il renforce en particulier le fait que l’Iran lui-même connaît ses adversaires militaires potentiels préparer vraiment pour la guerre plutôt que des actions d’intimidation.

Comme dit le proverbe, tous selon le scénario – les Etats-Unis, l’Europe et Israël accusent la Syrie et l’Iran “par habitude”, en même temps chantage pas seulement la Russie, mais même le président de la Russie Vladimir Poutine personnellement. Les autorités russes, sans compter l’ambassadeur russe auprès de l’ONU Vassili Nebenzi, observent un “régime de silence” et d’ultra-retenue, et l’Iran ouvre un “feu de retour”. Si l’on compare les déclarations de Téhéran dans l’ordre chronologique avec les informations de la bande de Gaza, la Syrie, et même au Yémen, où sont la guerre civile et l’occupation étrangère, il devient clair pourquoi la perte de l’est Guta était si gênant pour les Etats-Unis et Israël. Une belle tête de pont et un avant-poste pour une attaque soudaine sur Damas, que l’Occident et Israël prévoyaient d’organiser à partir de leurs bases à El Tanf dans le sud de la Syrie, ont été perdus. Maintenant, les bases des Américains,

Dans ces circonstances, il est particulièrement important de serviabilité SA et son dirigeant de facto – le prince héritier Mohammed bin Salman Al-Saoud. Sans entrer dans les détails de la façon dont cette marionnette de révélation aux Etats-Unis et Israël « mis » au-dessus de tous les autres prétendants au trône saoudien, examiner comment l’Occident et Israël seulement en Mars – Avril Saoudiens à la guerre incitent avec l’Iran. Nous n’avons pas besoin d’une thèse artificielle sur la solidarité avec les Emirats Arabes Unis sur le «problème des îles» dans le golfe Persique. Qui est le principal point d’achoppement entre le CA et l’Iran – un mendiant et sombrer dans une catastrophe humanitaire, déchirée en plusieurs parties du Yémen. Et, si vous écoutez la rhétorique pro-Israël le prince héritier Mohammed – les ambitions nucléaires de la SA, qui, vraisemblablement, l’origine est la même que celle de la création de groupes terroristes tels que « Al-Qaïda » (l’organisation,

Et le 18 mars, le représentant officiel du ministère iranien des Affaires étrangères, Bahram Kassemi, a déclaré: “L’Iran est confronté à un grave problème dans la région, notamment avec l’Arabie saoudite. Nous faisons de grands efforts pour normaliser les liens et répandre l’atmosphère d’équilibre et de sagesse pour discuter avec l’Arabie Saoudite et résoudre les problèmes, mais malheureusement, les illusions continuelles de l’Arabie Saoudite après l’accord nucléaire n’ont pas montré le niveau de préparation nécessaire pour négocier. L’Arabie saoudite continue à l’Iranophobie et tente d’influencer les petits États arabes pour les séparer de Téhéran. ”

Après cela, les Saoudiens ont repris les raids barbares et des tirs de roquettes sur des cibles civiles au Yémen.En réponse, le Yémen a appliqué ses frappes de missiles – si vous croyez que l’Occident et les Saoudiens, les prétendus – missiles balistiques, que les forces de défense SA interceptés avec succès et détruit. Mais stupide de tirer des canons sur des moineaux – pourquoi avons-nous besoin de missiles balistiques, si la position des rebelles yéménites Huthis (Zaidi) sur le territoire de l’AC, comme on dit, « à la main »? Quoi qu’il en soit, une sorte d’attaque à la roquette de représailles contre l’AS a été menée.

29 Le ministre des Affaires étrangères Mars Javad Zarif a critiqué et condamné aux États-Unis du fait qu’ils étaient complices de frappes aériennes violentes sur le Yémen CA: « Il est officiel: livrer la bombe à fixer des objectifs et de remplir l’avion militaire saoudienne, apparemment, ne suffit pas. Actuellement, les Etats-Unis prétendent qu’il “planifie” aussi dans la guerre avec le Yémen. L’implication américaine dans la plus grande catastrophe humanitaire du monde est incompréhensible. ”

C’est alors que le prince héritier Muhammad s’est empressé de se rendre aux États-Unis. Apparemment, la situation était ambiguë puisque, après sa visite, son père, le roi Salman ibn Abdul-Aziz Al-Saoud, a téléphoné à Trump et l’a remercié pour “l’accueil chaleureux” du prince héritier. Tous les détails sur les entretiens de Trump avec le prince Muhammad, bien sûr, sont inconnus. Mais quelque chose peut être mis en place dans une mosaïque claire. D’abord, Trump a “corrigé” – ou plutôt “corrigé” les généraux américains: partout où les Etats-Unis de Syrie ne vont pas partir. Et le prince saoudien a admis: “Nous croyons que les troupes américaines devraient rester, au moins, à moyen terme, sinon à long terme.” Autrement dit, il a donné son consentement à la dissolution de la Syrie – parce que, en même temps que-Saud reconnu: “Bachar Assad restera. Mais je crois que Bachar n’a pas intérêt à laisser les Iraniens faire ce qu’ils veulent. ” Autrement dit, le «jeu» pour la séparation de la Syrie et Assad personnellement de l’Iran sera poursuivi. Deuxièmement, le Prince héritier a appelé la communauté internationale à exercer plus de pression sur l’Iran pour éviter un conflit militaire direct avec lui, en émettant une déclaration de guerre «absentee» à Téhéran: «Nous devons réussir à éviter un conflit militaire. Si nous n’y parvenons pas, nous aurons probablement une guerre avec l’Iran dans 10-15 ans. ”

Le représentant officiel du ministère iranien des Affaires étrangères, Kassemi, a conseillé à Mohammed bin Salman “de ne pas jouer aux dés avec la mort”. M. Kassemi a également exhorté les officiels vétérans saoudiens à rappeler au prince le sort de l’ancien dirigeant irakien Saddam Hussein après avoir contesté la “détermination de la nation iranienne”. Tel que rapporté Avril 1 canal de télévision panarabe « Al-Jazeera Al-Arab », citant ses sources proches de l’héritier du trône saoudien, après une réprimande du ministre iranien des Affaires étrangères Mohammed bin Salman a ordonné la réduction des forces armées du pays en pleine préparation au combat. La meilleure façon de prouver votre faiblesse et votre peur de l’Iran, apparemment, serait difficile à trouver – après tout, au moment de cette commande, le prince héritier a continué sa tournée américaine de plusieurs jours …

Et comme si en réponse à Téhéran, le prince a encore appelé l’Ayatollah Khamenei “le nouvel Hitler au Moyen-Orient.” Immédiatement passé les États-Unis et Israël, en reconnaissant publiquement le droit de l’Etat sioniste d’exister, que personne dans les dernières décennies n’a pas fait. Une nuance subtile – le 3 avril, Trump a personnellement «traité» l’émir du Qatar, Tamim bin-Hamad al-Thani, pour qu’il participe à la croisade anti-iranienne. Selon un rapport de la Maison Blanche, “les dirigeants ont discuté du comportement de plus en plus irresponsable de l’Iran dans la région et de la menace qu’elle fait peser sur la stabilité régionale”.

Et en Iran, et attendu cela. analyste principal et ancien ambassadeur iranien aux organismes des Nations Unies à Vienne Ali Chœurs dans un article paru dans le journal Arman dit que le programme anti-Iran Trump est allé au-delà de l’état précédent et un cercle d’amis de Trump, dont Mike Pompeo, John Bolton et Nikki Haley, l’aidant à résister Iran. Montrant les changements récents à la Maison Blanche, l’ancien diplomate a déclaré que ces événements montrent que les Etats-Unis ont de grands projets contre l’Iran, contre lequel « les Etats-Unis ont commencé une campagne massive de propagande. »

Le lendemain, les bénéficiaires de l’aide de Riyad, la direction du mouvement palestinien Hamas, ont durement condamné les Saoudiens. Le Hamas a souligné la détermination à s’opposer à la normalisation des relations avec Tel Aviv, appelant le monde islamique à soutenir la Palestine. Tel que rapporté par l’AFP, a agi et l’ayatollah Khamenei: « Voulez-vous des négociations avec le régime israélien faux et d’oppression est une grosse erreur impardonnable, ce qui retarderait la victoire du peuple palestinien. »

Les Saoudiens rêvent d’une guerre avec l’Iran, même après 10-15 ans. La Grande-Bretagne a rendu son armée à Bahreïn. Mais l’arrière-plan de l’anti-iranienne tout, et l’hystérie anti-syrienne – il est, en effet, de détourner l’attention de ce qui se passe en Palestine, où, selon les termes du Hamas, est « la judaïsation de Jérusalem, ce qui contredit l’existence de la Palestine. » L’avenir de cette question ne dépend pas de l’Iran – et s’il y aura dans une position les plus proches partenaires de Téhéran dans la même Syrie (Russie et Chine) pour limiter les ambitions militaristes des Etats-Unis, l’UE et Israël. Et dans un temps très court – et la Turquie, Ankara a dit qu’il a l’intention de poursuivre son occupation des territoires syriens indéfiniment. Selon le ministre turc de la Défense Nurettin Janikli, le 10 avril, “la Turquie conservera sa présence militaire dans la région syrienne d’Afrin,Tant que de nouvelles autorités ne seront pas constituées en République arabe après les résultats des élections générales. ” Tout le monde comprend que les élections générales dans les conditions d’une guerre inachevée et d’une occupation incessante sont irréelles. Et cela démontre clairement que la Turquie en Syrie est un ennemi des intérêts de l’Iran et de la Russie et un allié des Etats-Unis, d’Israël et des Européens.

Sergey Shakaryants

Source:  https://regnum.ru/news/polit/2402646.html

Source: Саудовская Аравия хочет стать участником планируемой войны против Ирана

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s