Uncategorized

Bolton-Israël provocation pour lancer la Grande Guerre. Trump a révélé: Il critique Poutine et Obama. | Défendre la presse de la démocratie

Defend Democracy Press
The Newsletter of The Delphi Initiative Website
Excerpts:

Bolton-Israel provocation to launch the Big War. Trump revealed: He criticizes Putin and Obama.

NATO vs Syria, Russia, Iran: Damascus Again Accused of What Has Yet to Be Proven 08.04.2018 After news of the alleged chemical attack in Syria appeared on April 8, many Western countries were not only quick to slam the incident, but also to accuse Bashar Assad of being behind it, even though the OPCW hasn’t […]
Read on »

Israeli Officials: US Must strike in Syria

“Assad is the angel of death, and the world would be better without him.” By Gil Hoffman April 8, 2018 The United States must attack the regime of Bashar Assad in Syria in response to the regime chemical gas strike on the Syrian town Douma that killed more than 70 people, Strategic Affairs and Public […]
Read on »

Is Netanyahu running the White House?

Bolton Acted Against US Interests to Push Israel’s Agenda in Lebanon March 30, 2018 When Israel invaded Lebanon in 2006, then-Ambassador John Bolton worked to prevent a ceasefire, acting as “an asset for Israel against the interests of his own secretary of state, his own State Department, his own superiors, and his own president,” says […]
Read on »

Brazil: Former President Lula’s Historic Speech In Full

7 April 2018 Luiz Inacio Lula da Silva delivered a rousing speech to thousands of supporters shortly before he was transported to prison. Here it is in full. “In 1979, this union staged one of the most extraordinary strikes and we got a deal with the auto industry that was maybe the best we could get. […]
Read on »

Jeremy Corbyn condemns Western ‘silence’ over Israel’s killing of at least 27 Palestinians on the Gaza border

Theresa May urged to back UN’s call for an independent international inquiry into firing of ‘live ammunition into crowds of unarmed civilians’ 8/4/2018 Jeremy Corbyn has condemned Israel’s killing of at least 27 Palestinians on the Gaza border as an “outrage” and attacked Western “silence” about the deaths. In a message read out at a […]
Read on »

“Beyond Vietnam”, Silence is Betrayal: Martin Luther King’s Historic 1967 Speech

Martin Luther King Jr. 4 April 1967 Speech at Riverside Church, Upper Manhattan, New York. The speech was delivered on the same day (April 4, 1967) one year before MLK was killed on April 4, 1968. We should carefully reflect on MLK’s message to the World. MLK understood the relationship between America’s war agenda and social […]
Read on »

‘That stain of bloodshed’: After King’s assassination, RFK calmed an angry crowd with an unforgettable speech

by Michael S. Rosenwald April 4, 2018 As darkness took hold on April 4, 1968, newly declared presidential candidate Robert F. Kennedy stepped in front of a microphone atop a flatbed truck in a poor, predominantly black neighborhood in Indianapolis. Looking out onto the crowd, Kennedy turned and quietly asked a city official, “Do they […]
Read on »

Easter march for peace

by Victor Grossman Apr 05, 2018 Photo by Uwe Hiksch Despite the noontime rain it was a good crowd. Frankly, not a very large crowd taking part in the annual peace parade on the Saturday before Easter, not like in “the old days”, as the media stressed—and automatically stresses every year, never failing this dig […]
Read on »

Brésil: La démocratie assassinée – Chronique d’un coup d’Etat.

Par João Whitaker La prison de Lula, décrétée ce jeudi soir (5 avril) marque l’apothéose d’un coup d’Etat minutieusement préparé et mis en route depuis 2014. Les versions des grands médias en Europe ne font que reproduire celles des 5 grands groupes de communication brésiliens, tous dans les mains de 5 grandes familles impliquées dans […]
Read on »

Interests, Russia, Greece and Turkey: Only history exists

By Doctor William Mallinson* Athens, 7 April 2018 Ever since at least 1791, when English Prime Minister William Pitt the Younger denounced Russia for seeking to dismember the Ottoman Empire, the world has been burdened with the Cold War. Britain was worried about Russian power in the Eastern Mediterranean, since she was paranoid about protecting […]
Read on »

Bolton-Israël provocation pour lancer la Grande Guerre. Trump a révélé: Il critique Poutine et Obama.

L’OTAN contre la Syrie, la Russie et l’Iran: Damas à nouveau accusé de ce qui doit encore être prouvé

08.04.2018

Après l’annonce de l’attaque chimique en Syrie le 8 avril, de nombreux pays occidentaux ont non seulement rapidement fait claquer l’incident, mais aussi accusé Bachar Assad d’être derrière, même si l’OIAC n’a même pas commencé à enquêter sur incident. Un an après l’incident de Khan Sheikhoun, l’histoire semble se répéter.

Quelques heures après que le ministère russe des Affaires étrangères a émis un avertissement sur les provocations à venir avec l’utilisation d’armes chimiques, les rapports de diverses ONG, tels que les “Casques blancs”, soupçonnés de liens avec des groupes terroristes, ont commencé à faire surface. armes chimiques en Syrie Douma. Certains pays de l’OTAN n’ont pas tardé à lancer un barrage d’accusations contre Damas avant même que toute enquête appropriée ait été lancée.

US & Co .: “Animal Assad” à Blâmer

La réaction du président américain Trump a été jusqu’à présent l’une des plus dures, qualifiant Bachar Assad d ‘”animal” et accusant la Russie et l’Iran de l’avoir soutenu. De plus, il s’est empressé de promettre un «gros prix à payer» pour l’incident. Le conseiller à la sécurité intérieure et à la lutte contre le terrorisme de la Maison Blanche, Thomas Bossert, a peut-être donné un indice quant à ce «prix», disant qu’il ne «retirerait rien de la table» en ce qui concerne la Syrie. Considérant la dernière fois que des accusations sans fondement ont été lancées à la Maison Blanche, les frappes aériennes n’ont pas été retirées de la table.

Le Royaume-Uni s’est rallié au sentiment de Washington. Bien qu’ils aient été assez enracinés pour suggérer qu’une enquête approfondie doit être menée en premier, il ne semble pas qu’ils en aient vraiment besoin, comme l’a noté le ministre britannique des Affaires étrangères, si l’attaque était confirmée, elle montrerait la «brutalité» du gouvernement syrien. La position de l’UE était considérablement plus sévère et ne permettait pas d’autres options que le fait que le président syrien Bashar Assad soit derrière l’attaque, ne donnant aucun détail quant aux preuves établissant cela.

Lire aussi:
Sanders hué par les démocrates de la Chambre

La déclaration du ministère turc des Affaires étrangères n’a pas le même niveau de confiance à qui porter la faute, bien qu’il ait exprimé un «fort soupçon» que Damas ait mené l’attaque chimique. Néanmoins, il a demandé qu’une enquête officielle soit menée sur l’incident. Leurs collègues français ont emboîté le pas et ont suggéré de réunir le Conseil de sécurité de l’ONU pour enquêter sur la question, mais en même temps n’ont pas été aussi rapides à tirer des conclusions que ses alliés étaient.

Neuf membres du Conseil de sécurité ont demandé une réunion spéciale pour discuter de l’utilisation présumée d’armes chimiques à Douma.

Damas, Moscou, Téhéran: Accusations sans fondement en tant que prétexte à une intervention militaire

Damas a critiqué les accusations avec acharnement, niant toutes les allégations, les qualifiant d’excuse pour «prolonger la vie des terroristes à Douma». Il a également rappelé que la Syrie mène une guerre contre le terrorisme, alors que certains pays soutiennent les terroristes. L’Iran a soutenu le message de Damas, avec le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Bahram Qasemi, le claquant comme une excuse pour utiliser une action militaire contre le gouvernement syrien.

Moscou est catégorique dans sa position qu’une provocation impliquant des armes chimiques a eu lieu en Syrie à Douma perpétré par des terroristes contre des civils pour rejeter la faute sur Damas. L’objectif final de ces actions, selon le ministère russe de la Défense, est de trouver une excuse pour une intervention militaire contre le gouvernement syrien. Il a également mis en garde contre une telle action, car elle pourrait conduire à de “graves conséquences” car des militaires russes sont actuellement présents dans le pays, déployés à la demande du gouvernement officiel.

C’est avril 2017 encore une fois: incident chimique Khan Sheikhoun

80 personnes ont été tuées et 200 autres blessées dans l’incident de Khan Sheikhoun le 4 avril 2017, lorsqu’une arme chimique Sarin a été utilisée dans la province syrienne d’Idlib. Avant la conclusion d’une enquête officielle de l’OIAC, les États-Unis ont unilatéralement décidé de lancer une attaque de missiles sur la base aérienne syrienne de Shairat le 7 avril, affirmant que c’était en réponse à l’utilisation présumée de sarin contre la population civile. Le gouvernement syrien a rejeté toutes les allégations et a critiqué les États-Unis pour l’attaque.

Lire aussi:
L’armée américaine s’oppose à l’escalade en Syrie

Damas a violemment critiqué l’attentat perpétré par un pays qui bombardait des cibles en Syrie depuis 2014 sans mandat de l’ONU ni approbation du gouvernement syrien, tandis que Moscou accusait Washington de violer la souveraineté de la République arabe et exigeait une enquête approfondie sur cet incident. Cependant, depuis lors, l’ONU et l’OIAC n’ont pas réussi à fournir de preuve solide quant à l’implication du gouvernement syrien dans l’attaque présumée, tout en omettant d’envoyer des experts directement à la base, soupçonnée d’être la source de la armes chimiques. Le ministère russe des Affaires étrangères a rappelé que toutes les armes chimiques avaient été retirées de la Syrie en 2014 avec l’aide américaine sous l’administration Barack Obama. Cela a été confirmé par l’OIAC à de nombreuses occasions.

Publié à l’ adresse https://sputniknews.com/middleeast/201804081063346109-nato-douma-chem-attack-blame/

Lire aussi

La Russie aux Etats-Unis: l’intervention militaire en Syrie pourrait déclencher les plus graves conséquences

Fonctionnaires israéliens: les États-Unis doivent frapper en Syrie

Est-ce que Netanyahu dirige la Maison Blanche?

 

1 thought on “Bolton-Israël provocation pour lancer la Grande Guerre. Trump a révélé: Il critique Poutine et Obama. | Défendre la presse de la démocratie”

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s