Uncategorized

L’Inde préfère les systèmes S-400 russes aux citrons américains Patriot

Quand les intérêts de sécurité d’une nation sont en jeu, personne ne se soucie de ce que Washington pense

L’Inde a envoyé son ministre de la Défense, Nirmala Sitharaman, à Moscou cette semaine afin de finaliser un accord pour l’achat de systèmes anti-missiles S-400 en Russie pour un montant d’environ 6 milliards de dollars. L’accord est en baisse malgré les sanctions américaines contre la Russie et ses producteurs d’armes et les efforts américains pour vendre leurs systèmes Patriot au gouvernement indien. L’Inde a entériné l’accord en 2016 et devrait être conclu lors de la visite de Sitharaman. Financial Express rapports :

L’accord S-400 Triumf pourrait être l’agenda principal du ministre de la Défense Nirmala Sitharaman lors de cette visite à Moscou. Le premier accord portant sur l’acquisition du S-400 Triumf, un système d’arme antiaérien à moyen et long terme multifonctionnel (AAMS), a été signé entre l’Inde et la Russie en 2016.

La Chine était en fait le premier acheteur du S-400 Triumf. L’Inde, qui est maintenant susceptible de sceller l’accord avec la Russie à un coût estimé à Rs 40.000 crore, souhaite se procurer ce système d’arme antiaérien pour réduire la menace le long des frontières de la Chine et du Pakistan.

Le système de missile anti-aérien a été développé par la société publique russe Almaz-Antey Corporation. Le S-400 est une version améliorée de l’AAMS S-300. Le nouveau S-400 Triumf que l’Inde veut acquérir dispose d’un complexe radar multifonctions comprenant un système radar d’altitude, quatre lanceurs de missiles guidés anti-aériens et une tour mobile pour le point de contrôle de l’antenne.

Le système d’arme antiaérien se targue également d’être capable de détruire des avions de chasse, des avions de reconnaissance, des missiles et des drones d’espionnage et des avions ennemis jusqu’à une distance de 400 km à l’altitude maximale de 3000 mètres.

L’armée de l’air indienne est confrontée à une pénurie aiguë d’escadrons de chasse. La force actuelle des escadrons de chasse est de 32, ce qui en fait le plus bas en dix ans. L’Inde a actuellement besoin d’au moins 42 escadrons pour protéger ses frontières nord et ouest contre le Pakistan et la Chine. Avec une pénurie d’au moins 8 escadrons et de chaque escadron accueillant au moins 18 avions de chasse, le chiffre qui manque actuellement à l’Inde est celui de 144 avions de chasse.

L’armée de l’air indienne dépend maintenant principalement du MiG-21 et du Su-30 MKI de fabrication russe, du SEPECAT Jaguar du Royaume-Uni, du Mirage 2000 fabriqué en France et de six HAL Tejas fabriqués localement. L’Inde doit encore recevoir 36 Rafales français et 40 avions de combat HAL Tejas. La force existante pourrait également perdre 14 autres escadrons d’ici à 2020, mettant l’Inde dans le besoin de renforcer ses forces armées.

En dehors de l’accord sur le système d’armes antiaériennes S-400 Triumf, Nirmala Sitharaman est susceptible de sceller plusieurs autres accords de défense imminents avec la Russie. Avant sa visite, la Russie a déjà offert 21 avions de combat MiG-29 en Inde. Malgré le fait que les MiG-29 sont déjà en service, ce nouvel accord aidera l’Inde à lutter contre la crise des avions de combat. L’Inde pourrait également voir certains développements dans sa tentative d’obtenir des hélicoptères KA-226T.

Le premier accord intergouvernemental a été signé en 2015 et la Russie avait annoncé aux médias en 2017 qu’elle livrerait 200 hélicoptères à l’Inde dans neuf autres années. Les hélicoptères russes et HAL ont déjà conclu l’accord pour assembler les hélicoptères à Tumakuru, au Karnataka. L’acquisition des hélicoptères conditionnels et la technologie requise pour se rassembler en Inde devraient être finalisées au cours de cette visite. L’Inde pourrait également signer des accords pour l’acquisition d’autres hélicoptères de transport armés Mi-17 V5.

Indépendamment des offres principales pour se procurer des armes, l’Inde travaillera également vers un nouvel accord-cadre et contrat avec la Russie pour faire des pièces de rechange, technologie de mise à niveau d’arme pour des systèmes russes dans le service indien.

Selon l’initiative indienne Make in India, le ministère de la Défense veut que les pièces de rechange et les travaux de modernisation soient effectués en Inde. Cela aidera l’Inde à renforcer sa procédure Make-II et à alimenter les activités de la Russie pour fabriquer des pièces de rechange pour les chars T-90, les jets Sukhoi, les hélicoptères MI et Kamov et d’autres pièces de rechange de frégates. L’Inde est également susceptible de se procurer 2 frégates pour la marine.

En ce qui concerne le système américain Patriot, ils n’ont pas été très impressionnés, étant donné son record de performance à Riyad. Financial Times fournit une description élégante :

Le 25 mars, les forces Houthi au Yémen ont tiré sept missiles sur Riyad. L’Arabie Saoudite a confirmé les lancements et a affirmé avoir réussi à intercepter les sept.

Ce n’était pas vrai. Ce n’est pas seulement la chute de débris à Riyad qui a tué au moins une personne et envoyé deux autres à l’hôpital. Il n’y a aucune preuve que l’Arabie Saoudite ait intercepté des missiles. Et cela soulève des questions inconfortables non seulement pour les Saoudiens, mais aussi pour les États-Unis, qui semblent les avoir vendus – et leur propre public – un citron d’un système de défense antimissile.

Les images des médias sociaux semblent montrer que les batteries Saudi Patriot tiraient des intercepteurs. Mais ce que ces vidéos montrent ne sont pas des succès. Un intercepteur explose de façon catastrophique juste après le lancement, tandis qu’un autre fait demi-tour dans les airs puis revient en criant à Riyad, où il explose sur le sol.

Il est possible, bien sûr, que l’un des autres intercepteurs ait fait le travail, mais je suis douteux. C’est parce que mes collègues de l’Institut d’études internationales de Middlebury et moi-même avons examiné de près deux attaques de missiles différentes contre l’Arabie saoudite entre novembre et décembre 2017.

Dans les deux cas, nous avons constaté qu’il est très improbable que les missiles aient été abattus, malgré les déclarations contraires des officiels. Notre approche était simple: nous avons cartographié l’endroit où les débris, y compris la cellule du missile et l’ogive, sont tombés et où se trouvaient les intercepteurs. Dans les deux cas, un schéma clair est apparu.

Le missile lui-même tombe à Riyad, tandis que l’ogive se sépare et survole la défense et atterrit près de sa cible. Une tête militaire est tombée à quelques centaines de mètres du terminal 5 de l’aéroport international King Khalid de Riyad.

La deuxième ogive, tirée quelques semaines plus tard, a presque démoli un concessionnaire Honda. Dans les deux cas, il était clair pour nous que, malgré les revendications officielles saoudiennes, aucun missile n’avait été abattu. Je ne suis même pas sûr que l’Arabie saoudite ait même tenté d’intercepter le premier missile en novembre.

Le fait est qu’il n’y a aucune preuve que l’Arabie Saoudite a intercepté des missiles Houthi pendant le conflit au Yémen. Et cela soulève une pensée inquiétante: y a-t-il une raison de penser que le système Patriot fonctionne même?

Pendant ce temps, la Turquie a également conclu un accord pour acheter le système russe S-400 en dépit du nouveau cycle de sanctions américaines. En fait, la Russie fait ce qu’elle peut pour accélérer la livraison des systèmes. La Turquie va acquérir quatre batteries de S-400 qu’elle maintiendra.

Apparemment, quand on se met à la porte, et quand les intérêts de sécurité d’une nation sont en jeu, personne ne se soucie de ce que Washington pense.

ource: L’ Inde préfère les systèmes S-400 russes aux citrons américains Patriot

Today’s headlines:

By Alex Christoforou on Apr 07, 2018 04:06 pm

Read more »
____________________________

By Alex Christoforou on Apr 07, 2018 03:51 pm

Read more »
____________________________

By Frank Sellers on Apr 07, 2018 01:04 pm

Read more »
____________________________

By Frank Sellers on Apr 07, 2018 11:46 am

Read more »
____________________________

By Alex Christoforou on Apr 07, 2018 10:25 am

Read more »
____________________________

By Frank Sellers on Apr 07, 2018 10:23 am

Read more »
____________________________

By Alex Christoforou on Apr 07, 2018 10:07 am

Read more »
____________________________

By Frank Sellers on Apr 07, 2018 03:58 am

Read more »
____________________________

By Alexander Mercouris on Apr 07, 2018 03:30 am

Read more »
____________________________

Recent Articles:

Russian-American Congress sends open letter to President Trump
EU tries to block Nord Stream 2, for not encouraging “diversification of gas supply”
Russia demolishes UK poisoning hoax during emergency security council meeting (Video)
New York Times runs story asking: “Is Putin a CIA agent?”
Italian leading parties condemn expulsion of Russian diplomats, advocate better ties with Russia

DONATE 💰

The best source for news on Russia

 

1 thought on “L’Inde préfère les systèmes S-400 russes aux citrons américains Patriot”

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s