Uncategorized

A propos de la situation en République centrafricaine – Colonel Cassad

Sur la situation en République centrafricaine

Officier de l'Armée Rouge
colonelcassad

Un résumé de la République centrafricaine, où les conseillers militaires russes sont partis.
Pays pour le dire légèrement problématique.

La situation dans le RAC

En ce qui concerne la décision du Gouvernement de la Fédération de Russie d’accorder une assistance militaire et technique à la République centrafricaine, il est utile de parler de la situation dans ce pays. La RCA possède d’importantes ressources naturelles – des gisements de diamants, d’uranium, d’or, de pétrole, de foresterie et de ressources hydroélectriques. Néanmoins, il reste l’un des pays les plus pauvres du monde.

Le PIB par habitant en 2009 est de 700 $ (220e dans le monde) La population du RAC est légèrement supérieure à 5 millions de personnes. 80% d’entre eux sont chrétiens, environ 15% sont des musulmans sunnites. En lien avec l’influence croissante de l’islam radical qui a balayé l’Afrique après le renversement de Mouammar Kadhafi, les groupes extrémistes soutenus par l’Arabie saoudite se sont intensifiés dans le nord du pays. En 2012, ils ont créé une coalition appelée “Seleka”. Après avoir reçu des bras substantiels des sponsors, les islamistes ont commencé à se battre activement. À la fin de décembre, sous leur contrôle, il y avait des territoires importants dans le centre et dans l’est du pays. Dans ces circonstances, le gouvernement du président Bozizé est allé à des négociations avec les rebelles. Un contingent de maintien de la paix parmi les pays de l’Union africaine a été introduit dans le pays.

En mars 2013, le «Selek», accusant Boziz d’avoir violé le cessez-le-feu, a pris d’assaut la capitale de la RCA, la ville de Bangui, lors de laquelle les insurgés ont attaqué des Casques bleus d’Afrique du Sud. Le président Bozizé s’est enfui au Cameroun. Le nouveau chef de l’Etat a été déclaré le chef des rebelles Michel Jotodia. Le pays a été balayé par une vraie bacchanale. La majorité chrétienne a créé le groupe “Anti-Balak”, destiné à l’origine à protéger les civils contre les militants “Seleki”. Cependant, bientôt les musulmans et les chrétiens ont commencé à détruire mutuellement la population sur une base religieuse.

Dans ces circonstances, la direction de la France, dont la colonie était depuis de nombreuses années la RCA, a décidé de profiter de la situation pour rétablir l’influence dans le pays. D’urgence, en novembre 2013, un plan d’opération de maintien de la paix a été élaboré, connu sous le nom de «Sangaris». Le 5 décembre, 1500 soldats français sont arrivés en RCA Du 6 décembre au 9 décembre, les Français ont pris le contrôle. La capitale de la République centrafricaine, en perdant deux personnes tuées Malgré les déclarations sur le maintien de la paix de l’opération, les Français n’ont pas fait de tentatives spéciales pour arrêter l’effusion de sang. Au contraire, avec l’arrivée de l’armée française, les militants anti-Balak ont lancé une attaque sur les quartiers musulmans de Bangui, la capitale du pays. L’offensive était accompagnée de massacres de la population musulmane. Cependant, bientôt les combattants de “Anti-Balak”, souvent armés de machettes et de fusils de chasse, assommé des combattants de la ville “Seleki”. En seulement trois semaines, avec l’intervention des Casques bleus français, plus de mille (!) Personnes ont été tuées.

Les Français à cette époque étaient occupés avec des choses complètement différentes. Tout d’abord, les «gardiens de la paix» ont pris le contrôle des gisements d’or, de diamants et de pétrole. Dans ces conditions, un contingent du Tchad, effectuant lui aussi une mission de maintien de la paix dans le pays et constitué principalement de musulmans, s’est rangé du côté du «Seleki». Le 25 décembre, des militants anti-Balak ont attaqué une patrouille de soldats de la paix du Tchad, tuant six soldats. Depuis janvier 2014, les Français ont commencé à désarmer les détachements du “Seleki”. Le contingent français a été porté à 2 500 hommes. Augmenté et le contingent de l’Union africaine, a maintenant dépassé 6 mille personnes. Les insurgés musulmans n’ont pas résisté, essayant de se dissoudre dans les rangs des civils. “Anti-Balak” a profité de l’affaiblissement de l’ennemi et a mené une série d’attaques contre les musulmans. En janvier, au moins 200 civils ont été tués. Le 10 janvier, il a été annoncé que Michel Jototia a démissionné de son poste de président de la République centrafricaine. Le 20 janvier, Catherine Samba-Panza, maire de Bangui, a été élue présidente par intérim de la République centrafricaine. Son élection a été bien accueillie par les dirigeants des milices chrétiennes anti-Balak, mais les massacres pour des motifs religieux se sont poursuivis. Le score des victimes lors de la collision est allé à des dizaines. En avril, l’ONU a décidé d’augmenter le contingent de maintien de la paix à 12 000, dont 2 000 militaires français qui ne se sont pas soumis à l’ONU. La plupart des soldats de la paix étaient des militaires des pays de l’Union africaine, mais avec eux, la compagnie des forces armées géorgiennes est arrivée en RCA. À la fin d’avril, la population musulmane avait été évacuée de Bangui.

Dans les premiers jours de mai, une unité estonienne de 45 personnes est arrivée en RCA. La direction française, cherchant à prendre le contrôle des ressources naturelles du pays, est entrée dans un conflit ouvert avec les militants “Seleki”. Ainsi, le 6 mai, au cours d’une bataille féroce avec l’utilisation de l’artillerie et des véhicules blindés, les Français ont détruit plus de 40 combattants musulmans. En réponse, “Selek” a lancé une série d’attaques contre les villages habités par des chrétiens. Ainsi, le 10 mai, des hommes armés du groupe «Selek» ont capturé le village de Dissiku, situé dans les environs de la ville de Kaga-Bandoro, dans le centre du pays. Organisé un raid sur les résidents, à la suite de laquelle a conduit 13 personnes dans l’une des maisons et l’a mis le feu. “Anti-Balak” a habituellement répondu par des massacres de musulmans. Le 30 mai, des manifestations ont eu lieu à Bangui pour exiger le retrait des troupes étrangères du pays. Au cours du mois de juin, les affrontements se sont poursuivis. Il a été enregistré le meurtre de 11 civils par l’armée congolaise, commis après la mort de l’un des soldats à la suite du bombardement du poste des gardiens de la paix. En juillet, un accord a été conclu sur un cessez-le-feu entre la “Seleka” et “Anti-Balak”. Néanmoins, les affrontements dans lesquels des dizaines de personnes ont été tuées se sont poursuivis. Fin 2015, les médias ont divulgué des informations selon lesquelles les militaires français en RCA se moquaient à plusieurs reprises de la population du pays. Des dizaines de cas de viols de femmes locaux commis par des «casques bleus» ont été recensés. Au cours de l’année 2015, les médias ont révélé que les militaires français en RCA se moquaient à plusieurs reprises de la population du pays. Des dizaines de cas de viols de femmes locaux commis par des «casques bleus» ont été recensés. Au cours de l’année 2015, les médias ont révélé que les militaires français en RCA se moquaient à plusieurs reprises de la population du pays. Des dizaines de cas de viols de femmes locaux commis par des «casques bleus» ont été recensés.

En décembre 2015, le nouveau président de la RCA a été élu Fosten-Arkanj Tuader, qui a pris ses fonctions le 30 mars 2016. Pendant la campagne, Tudera a essayé de prendre ses distances avec les deux groupes. Dans ces conditions, un scandale fait rage sur les viols commis par les «artisans de paix» français. En outre, il s’est avéré que l’armée géorgienne a participé à ces crimes. L’ONU a appelé à traduire les auteurs en justice. Des suspects de viol ont été emmenés en France, mais plus tard l’affaire a été libérée sur les freins. La population locale a de plus en plus protesté contre la présence d’anciens colonisateurs sur son territoire. Il y avait une réelle menace de guerre de guérilla. Dans ces circonstances, le président français Oland a annoncé l’effondrement du maintien de la paix d’ici la fin de 2016. “Casques bleus” français et ne pouvait pas mettre fin à la violence dans le pays. Des affrontements réguliers ont eu lieu sur un sol interreligieux. Tout d’abord, les représentants de la minorité musulmane ont souffert: les militants “Selaki” ont commencé à contacter les représentants des organisations terroristes internationales, en fait, l’opération française “Sangaris” a échoué.

Au cours de l’année 2017, un certain nombre d’attaques contre les musulmans ont eu lieu dans le pays. Ainsi, en mars, les militants anti-Balak ont tué plus de 50 civils. De plus, les extrémistes ont lancé des attaques contre les forces de maintien de la paix des pays musulmans de l’Union africaine, y voyant des opposants potentiels. Le 9 mai, lors d’une attaque similaire, 5 casques bleus ont été tués. Le 19 juin, une autre trêve a été atteinte, mais deux jours plus tard, “Anti-Balak” a tué plus de 100 civils. À la fin de l’année, le nombre de casques bleus morts atteignait 14 personnes. Il est devenu évident que les Casques bleus de l’ONU sont également incapables d’assurer la paix dans le pays. Dans ces circonstances, le gouvernement de la RCA a appelé à l’aide en Russie.

En janvier 2018, des photos de conseillers militaires russes sont apparues dans le réseau. Le pays a été fourni avec un lot d’armes et de munitions, nos spécialistes ont pris la formation dans l’armée de la république. Le 22 mars, le ministère russe des Affaires étrangères a officiellement reconnu la direction des spécialistes militaires russes en République centrafricaine. Il a été déclaré que 5 conseillers militaires et 170 civils et instructeurs y seraient officiellement opérationnels. Il convient de noter que cette assistance ne sera pas très lourde pour notre pays, car il s’agit de livraisons d’armes légères et de munitions. Les avantages politiques découlant de l’augmentation de l’influence dans la région dépassent de loin les coûts logistiques. Cependant, les spécialistes russes devront travailler dans des conditions extrêmement difficiles. Dans le pays continuent à agir en tant que combattants “Seleki”, sous les slogans islamistes, et les extrémistes anti-Balak qui ont attaqué les Casques bleus mauritaniens début avril, au cours desquels un soldat est mort et 11 autres ont été blessés. Mais le principal résultat de l’assistance technique militaire de la Russie à la RCA est le fait que la Russie revient lentement mais sûrement sur le continent africain.

 

Source: A propos de la situation en République centrafricaine – Colonel Cassad

1 thought on “A propos de la situation en République centrafricaine – Colonel Cassad”

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s