Uncategorized

La tradition du régime pro-fasciste se poursuit en Lituanie Smetona – RuBaltic.ru

politiquePolitique

La tradition du régime pro-fasciste en Lituanie continue Smetona

Source de l’image: https://sputniknews.lt/

La Lituanie a essayé longtemps d’améliorer leurs actions politiques dans la région soutient l’opposition biélorusse, offre une tribune pour l’opposition russe accuse ses voisins de l’est dans la violation des droits de l’homme et la liberté d’expression, la démocratie enseigne l’Ukraine. Parallèlement à cela, les autorités lituaniennes elles-mêmes violent systématiquement les normes démocratiques, leur interdisant la littérature répréhensible et de poursuivre les dissidents. A ce propos, quelle est la situation de la démocratie en Lituanie fait portail analytique RuBaltic.Ru a parlé avec l’anti-nazie, historien, journaliste lituanien, président du « Front populaire socialiste de Lituanie » Giedrius GRABAUSKASOM:

– Monsieur Grabauskas, comment décririez-vous globalement la situation socio-économique et politique actuelle en Lituanie?

– La situation peut être évaluée dans plusieurs paragraphes. D’une part, les gens vivent paisiblement, paisiblement, il n’y a pas de catastrophes naturelles. Mais en même temps dans le pays il y a un fort appauvrissement du peuple. Si nous comparons même avec la Biélorussie voisine, la Pologne, la Russie, nous obtenons un niveau de pauvreté plutôt élevé. Selon les statistiques, le niveau de pauvreté en Lituanie est de 33%. C’est beaucoup. Par conséquent, un million et demi de personnes ont quitté le pays au cours des 28 dernières années. Nos scientifiques, par exemple, le professeur associé Edvardas Satkevicius, appellent cela la déportation massive du peuple vers l’Ouest.

De plus, ces dernières années, la situation s’est compliquée. En plus de la pauvreté de la population, il convient de noter la politique répressive de l’Etat. La crise ukrainienne de 2014 a eu un impact très sérieux sur la Lituanie, car le nombre de répressions et la sévérité de la persécution ont augmenté plusieurs fois. Il y avait une pression plus forte sur les personnalités publiques, les politiciens qui sont en opposition avec le régime existant.

Les caractéristiques du régime pro-fasciste sont devenues évidentes dans le pays. Ceci est dit non seulement par des personnalités locales et des experts à l’intérieur du pays: des collègues d’autres pays confirment cette idée. En fait, en Lituanie, la tradition du régime pro-fasciste d’Antanas Smetona continue.

Antanas Smetona / Source: WikipediaAntanas Smetona / Source: Wikipedia

Nous interdisons maintenant les livres de nombreux auteurs. Ici, il suffit de se souvenir de Rutu Vanagatait, Galina Sapozhnikov, Nikolay Starikov, Vytautas Petkevicius. Il est important que les autorités “travaillent” sur la mémoire historique: elles démolissent progressivement les monuments à des figures progressistes, comme par exemple Lyudas Gira. Et même dans certains endroits, il y a une démolition progressive des monuments aux soldats soviétiques.

En outre, pendant les 28 années d’indépendance, de nombreux monuments ont été construits pour les criminels fascistes. Ceux qui, en Lituanie et à l’étranger, ont détruit leurs citoyens, juifs, prisonniers de guerre soviétiques.

“Malgré le fait que la Lituanie ne semble pas être en guerre avec qui que ce soit, certaines déclarations de politiciens, l’humeur générale de la société dans le pays et la pression politique sur les dissidents suggèrent que la guerre a déjà commencé …

– En partie, bien sûr, donc. Tout se passe à bien des égards en raison du fait que la russophobie est pompée dans l’espace médiatique. Des campagnes de propagande massives sont menées. Les gens qui posent une vague de Russophobie obtiennent une bonne récompense pour cela. Je connais des gens qui parcourent la Lituanie avec des conférences russophobes, par exemple, les travailleurs du département de la communication stratégique de l’armée lituanienne Ausse Usene, Karolis Zikaras et leurs collègues font de même.

Ils dirigent des conférences dans différentes villes de Lituanie sur le fait que la Russie est un Etat terroriste qui menace l’Etat lituanien. Par conséquent, nous devons armer, augmenter le contingent de l’OTAN sur notre territoire, inviter plus de troupes étrangères: allemand, américain. Bien que l’article 137 de la Constitution lituanienne indique qu’il ne devrait pas y avoir de troupes étrangères en Lituanie. En un mot, les politiciens et autres figures similaires ont simplement craché sur la Constitution.

– Les appels de ces personnages évoquent-ils une réponse de la population du pays?

– Réponse … Il y en a. Certaines personnes y croient activement, mais quelqu’un devient victime de la propagande. Ceci est largement influencé par l’augmentation de la propagande anti-russe de 2014. Mais je n’exagérerais pas cette influence. Il y a beaucoup de Lituaniens qui n’ont pas succombé à la propagande, à l’intimidation et qui n’ont pas suffisamment évalué la situation. Beaucoup disent même que nous devons établir des relations avec nos voisins: la Russie et la Biélorussie. Certains Lituaniens croient même que de telles déclarations anti-russes sont le traitement de l’argent, dans lequel les protégés américains sont engagés.

Soit dit en passant, il est intéressant de noter que même chez les immigrants qui vivent au Royaume-Uni, l’Espagne, l’Irlande et la Lituanie viennent en vacances, beaucoup ont une croyance qui doivent encore être amis avec les voisins, et devrait établir des relations avec la Russie. En général, l’humeur de la société lituanienne est fragmentée en plusieurs parties.

– Dans le cadre de la politique d’Etat mise en œuvre, parler d’amitié avec la Russie est plutôt un comportement d’opposition. Et comment se passent les choses en Lituanie avec les partis d’opposition?

– Il y a une opposition en Lituanie, malgré les répressions et les pressions. “Front populaire socialiste”, les représentants d’autres forces, par exemple, l’Union des Lituaniens russes. Il y a aussi une force telle que l’Union des Observateurs des droits de l’homme en Lituanie: ils découvrent comment les droits de l’homme sont violés dans le pays, ils sont aux prises avec cela. Il y a encore le mouvement “Soyons un.” Ils sont principalement en Samogitie. Certaines personnes adhèrent également à une ligne d’opposition claire.

Seimas de Lituanie / Source: sputnik.bySeimas de Lituanie / Source: sputnik.by

Représentants de ces partis, les organisations représentent des relations amicales avec tous les voisins. En passant, pour autant que je connaisse l’humeur des grandes forces politiques, disent les sociaux-démocrates, il y a aussi beaucoup de membres du parti qui sont convaincus qu’il est nécessaire de changer graduellement de cap.

Ici, par exemple, l’ancien député du Seimas Mindaugas Bastis. Je le connais, il est un politicien assez pragmatique. Il a été persécuté parce qu’il s’est toujours prononcé pour des relations amicales avec la Russie et la Biélorussie.

En fait, il n’y a pas si peu de gens dans les cercles politiques qui ne soutiennent pas le cours actuel du pays pour la militarisation, la russophobie et la création d’une zone tampon, mais certains ne disent rien, certains parlent et agissent plus activement. En un mot, il y a des ambiances et des mouvements d’opposition en Lituanie.

– Comment ces humeurs d’opposition peuvent-elles affecter les prochaines élections présidentielles de 2019, les élections législatives de 2020?

– En fait, il est très peu probable que les forces qui s’opposent à la politique actuelle puissent obtenir un bon résultat. Cela peut être vu maintenant. Si vous regardez les élections parlementaires et autonomes, c’est difficile à dire avec certitude, mais il me semble que certaines forces de l’opposition seront toujours en mesure d’obtenir des résultats significatifs. Juste pour les résultats des élections présidentielles, par exemple, vous avez besoin de ressources sérieuses, y compris financières, et elles n’ont pas toutes.

En outre, parmi les candidats évidents à la présidence, il y a des politiciens très influents avec lesquels il est difficile de rivaliser. Par exemple, le même Premier ministre Skvernelis a des ressources administratives et financières très puissantes, alors lui et d’autres comme lui vont beaucoup mieux.

Saulius Skvernelis / Source: sputniknews.ltSaulius Skvernelis / Source: sputniknews.lt

– Aujourd’hui, il y a une sorte de soulèvement des idées de gauche.Bien sûr, personne ne veut la collectivisation et la destruction de la propriété privée, mais les gens veulent la justice sociale, réduisant les inégalités de propriété. Comment est la situation en Lituanie?

– En fait, beaucoup d’entre nous commencent à ressentir la nostalgie de l’époque soviétique. Les gens notent qu’il y avait alors plus d’ordre. Mais l’élite politique moderne presse et dit que ces temps étaient arriérés et personne n’a besoin d’idées de gauche. Ils lient nécessairement cela à l’Union Soviétique, ils se souviennent des crimes.

Malgré cela, et la pression des services secrets, il me semble que les idées gauchistes en Lituanie ont de bonnes perspectives. Les jeunes, 20-30 ans, c’est-à-dire notre nouvelle génération, commencent à rejoindre le “Front Social” et d’autres partis, mouvements de gauche.

Que fait le régime d’aujourd’hui? Ils ont des schémas spécifiques de persécution. Par exemple, en janvier 2013, une affaire pénale a été ouverte contre moi pour le stockage de plusieurs tracts contre l’OTAN et l’introduction de l’euro. En février, j’ai été acquitté, mais j’ai récemment découvert que les procureurs avaient fait appel du verdict. Maintenant encore, il y aura des réunions, mais déjà en cour d’appel. Ils tentent d’intimider les gens par des menaces et d’autres moyens de pression, par le biais de perquisitions et d’institutions de ce genre de cas criminels et administratifs. Ceci, bien sûr, des problèmes inutiles, des dommages financiers, des calomnies … Les gens qui commencent à être persécutés perdent, entre autres, beaucoup de temps: ils doivent voyager à différents endroits, endroits, lire des accusations, des lois, se préparer. En général, le système est construit de manière à ce qu’il y ait le moins de personnes possibles d’opposition.

C’est dommage que cela arrive, mais je suis sûr que c’est un phénomène temporaire. Donc, ne peut pas durer longtemps. Dans l’histoire, nous connaissons une période similaire – l’entre-deux-guerres. Ensuite, il y avait le régime pro-fasciste de Smetona. A cette époque aussi, les dissidents étaient très durement persécutés. Bien sûr, il n’y a pas eu d’exécutions massives. Parfois, 3-4 personnes étaient encore posées au mur, mais plus de gens étaient mis en prison.

Recherches constantes, censure stricte – quelque chose qui prospère maintenant assez activement. Ensuite, c’était pareil. Par exemple, l’année dernière, une recherche a été menée par un membre de notre Front social, un journaliste et éditeur de Povilas Masyulyonis. Il a été confisqué 500 exemplaires du livre traduit par Galina Sapozhnikova “Le prix de la trahison”, et maintenant son cas est porté devant les tribunaux simplement parce qu’il a traduit ces livres en lituanien et publié. Il sera jugé, bien que ce soit manifestement un processus politique par rapport à l’homme âgé de 78 ans. Autant que je sache, en mai, son processus va commencer.

Galina Sapozhnikova / Source: moscowbooks.ruGalina Sapozhnikova / Source: moscowbooks.ru

– Comment une telle politique de persécution des dissidents entre-t-elle dans l’auto-positionnement actif de la Lituanie en tant qu’État démocratique qui respecte et respecte la liberté d’expression, les droits de l’homme, etc.?

– Ici le plus intéressant et il s’avère. Il y a une sorte d’écran de démocratie. Les politiciens disent que nous avons un pays très libre, et tout le monde devrait y croire. Mais que font-ils eux-mêmes? Ils parlent des menaces de la Russie, parfois même de la Biélorussie. Ces menaces expliquent leurs actions. Ils poursuivent une politique intérieure répressive, comme s’ils protégeaient les intérêts de l’Etat.

En fait, ils ont simplement peur des tracts pacifiques ordinaires. Voici cinq tracts que j’ai trouvés, où il y avait un texte absolument pacifique, mais où il y avait des déclarations contre le cours – l’élargissement de l’OTAN et l’introduction de l’euro en Lituanie – les procureurs ont demandé au tribunal de me verser 5 436 euros. Cela montre qu’ils ont peur de la vérité, raisonnement qui ne répond pas à leurs intérêts.

Les politiciens se cachent derrière la russophobie, affirmant que, violant la liberté d’expression, ils protègent l’Etat lituanien. C’est une approche provinciale, qui n’est pas et ne peut pas être dans des pays développés et forts.

Maintenant, certains chiffres, par exemple Laurinas Kashchyunas, n’hésitent même pas à dire ouvertement que la Lituanie est une zone tampon où certaines règles, lois et réglementations spéciales sont nécessaires. Il se trouve que, d’une part, tout le monde parle de démocratie, mais d’autre part, ils sont attirés par l’option du régime Smetona de toute façon.

Source: La tradition du régime pro-fasciste se poursuit en Lituanie Smetona – RuBaltic.ru

1 thought on “La tradition du régime pro-fasciste se poursuit en Lituanie Smetona – RuBaltic.ru”

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s