Uncategorized

2663 – Un Siècle de Malédiction Balfour … par Philippe Simmonot – Sans a priori

2663 – Un Siècle de Malédiction Balfour … par Philippe Simmonot

BALFOUR Manifestation contre le centenaire de la Déclaration Balfour en face du consulat britannique à Jérusalem-est, le 2 novembre 2017. Pierre Klochendler-i24NEWS. b29f9d1db4597e782  Manifestation contre le centenaire de la Déclaration Balfour en face du consulat britannique à Jérusalem-est, le 2 novembre 2017. Pierre Klochendler/i24NEWS. 

Événement – Le centenaire de la Déclaration Balfour – signée le 2 novembre 1917 – est passé complètement inaperçu. Pourtant, cette simple lettre de cent-vingt-deux mots adressée à un certain lord Rothschild, tapée à la machine sur un papier sans en-tête officiel et signée simplement Arthur James Balfour (son titre ministériel n’est même pas indiqué) va servir de fondement au mandat que la Grande Bretagne va exercer sur la Palestine de 1920 à 1948. « Il a été la cause de millions de morts et en causera probablement bien d’autres, car nul ne voit la fin du drame qui en est issu. Nous en subissons encore aujourd’hui les conséquences », écrit Philippe Simonnot dans son dernier livre1 dont chaque page est une leçon d’histoire, d’intelligence et de courage.

PHILIPPE SIMONNOT - UN SIECLE DE MALEDICTION BALFOUR 005265078

Pour s’attaquer à un tel sujet, il ne faut pas être un perdreau de l’année. Philippe Simonnot ne l’est pas ! Journaliste puis chroniqueur au Monde, docteur ès sciences économiques, il est l’auteur de nombreux ouvrages traitant des différents aspects de l’économie contemporaine – dont Chômeurs ou esclaves – Le dilemme français – aux éditions Pierre-Guillaume de Roux en 2013, et Nouvelles leçons d’économie contemporainechez Gallimard en 2017, ainsi que d’essais touchant à différents sujets historiques, tel Le Secret de l’armistice – 1940 (Plon, 1990). Depuis quelques années, il publie des analyses de l’actualité dans l’hebdomadaire Le Nouvel ÉconomisteIl est, en outre le créateur du site « Observatoire des religions » (www.obsefvatoiredesreligions.fr).

En trois chapitres denses et d’une implacable clarté pédagogique, Philippe Simonnot déconstruit méthodiquement le contexte historique de l’événement que constitue la Déclaration Balfour, en s’appuyant sur d’innombrables sources et commentaires de première main. Au fil des pages, se révèlent tractations sordides, combines politiciennes et alliances contre nature qui vont précipiter les Proche et Moyen-Orient vers un abîme sans fond qui n’est pas près de se refermer.

FRANCE Philippe Simonnot philippe-simonnot          Philippe Simonnot

UN ÉCHEC PATENT

Un an après leur signature, les accords Sykes-Picot sont foulés au pied par une Grande Bretagne qui veut faire de la Palestine un Buffer State – un Etat-tampon – pour sauvegarder le canal de Suez, le cordon ombilical de la Route des Indes impériales.

Sans exonérer les autres constructions impériales et leurs conséquences historiques, il faut bien constater que l’héritage du colonialisme britannique a généré et continue à nourrir les foyers les plus profonds et les plus meurtriers des crises internationales :Apartheid Sud-Africain, partition Inde/Pakistan, Arabie saoudite/Qatar, partition de l’Afghanistan, implosion de l’Irak et de la Libye, guerre des Malouines et, last but not least, le conflit israélo-palestinien !

Les diplomates britanniques – au premier rang desquels Winston Churchill dont la résistance sans concession à l’Allemagne nazie a occulté tous les coups politiques les plus tordus – n’ont eu de cesse d’instrumentaliser les minorités ethniques et la religion musulmane au service des intérêts de la Couronne. Avant que Washington n’en comprenne et n’en détourne toutes les ruses, Londres est l’un des principaux sponsors de l’Islam politique et de son revers consubstantiel : le sionisme !

Et c’est l’un des grands apports de la leçon magistrale de Philippe Simonnot de rappeler comment cette idéologie politique s’est élaborée initialement contre les Juifs eux-mêmes.

A la fin du XIXème siècle, nombreuses furent les communautés juives d’Europe qui combattirent résolument les mots d’ordre des premiers sionistes et de leur chef de file, le journaliste autrichien Theodor Herzl. C’est à lui, traumatisé par l’affaire Dreyfus, que l’on doit la formule mortifère – « un peuple sans terre pour une terre sans peuple ». Adossé à cette ineptie ethnographique, Theodor Herzl mise sur l’antisémitisme pour conforter les chances de réussite de son futur Etat juif. Comme il l’écrit à son confrère de la Neue Freie Press, Ludwig Speidel « l’antisémitisme, qui représente parmi les masses un courant puissant et inconscient, ne portera pas tort aux Juifs. Je le tiens même pour un mouvement utile du point de vue de la formation du caractère des Juifs. (…) L’éducation s’accomplit seulement par des coups durs. Il se produira un processus de sélection à la Darwin. Les Juifs s’adapteront eux-mêmes. Ils sont comme des phoques que la nature jette dans l’eau. Ils prennent l’apparence et les habitudes des poissons, ce qu’ils ne sont certainement pas. Une fois qu’ils seront retournés sur un terrain sec, et qu’on leur permettra d’y rester pendant quelques générations, ils transformeront de nouveau leurs nageoires en pieds »2.

Philippe Simonnot en tire une première conclusion :

« pour nous, la Déclaration Balfour est non pas un succès, mais un échec du lobby juif. Corollaire : ce n’est pas la pression du sionisme qui a enfanté la Déclaration Balfour, c’est la Déclaration Balfour qui a fait du sionisme un authentique mouvement politique du fait que la plus grande puissance de l’époque validait son projet. Auparavant, ce même projet n’intéressait qu’une minorité juive venue principalement d’Europe centrale et orientale et de Russie, rencontrant une forte opposition partout en Europe occidentale et et aux Etats-Unis ».

petrole e__internet_intranet_sfs_CLIO_PHOTOLISTEPHOTOLISTE_20090918105902_moye_600_

UNE HISTOIRE DE PÉTROLE

Dans son implacable quête du réel, l’auteur met à jour l’épistémè – la connaissance en acte, aurait dit Michel Foucault – de la déclaration britannique : une histoire de pétrole d’un intérêt stratégique qui précède la révolution de l’automobile, à savoir la décision prise au début du XXème siècle par l’Amirauté britannique de convertir au fuel la Royal Navy, qui jusque-là alimentait ses vaisseaux au charbon.

« Premier Lord de l’Amirauté en 1911, Churchill, toujours lui, fait valoir que ce mode de propulsion donnera un avantage marqué sur la flotte de guerre allemande, la Kaiserliche Marine en pleine expansion, qui marche encore au coke. L’Angleterre cherche à tout prix à conserver son monopole dans la maîtrise de mers que menace la formidable montée en puissance de la marine allemande », explique Philippe Simonnot ;

« le seul inconvénient du choix pétrolier est qu’il n’y a pas une seule goutte du précieux liquide dans le sous-sol anglais (non seulement les gisements de la mer du Nord sont inconnus, mais leur exploitation éventuelle n’est même pas imaginable).

D’où l’importance devenue vitale du pétrole perse et des voies pour l’acheminer.

En juillet 1913, le même Churchill déclare à la Chambre des communes « sans pétrole, l’Angleterre ne recevra plus ni maïs, ni coton, ni tout autre matière nécessaire au fonctionnement de son économie. L’Amirauté doit pouvoir contrôler le pétrole à la source ; elle doit pouvoir extraire, raffiner et transporter le pétrole. Bref, l’Empire britannique sera pétrolier ou ne sera plus ».

Les États-Unis retiendront la leçon, lorsque qu’à partir du milieu des années 1920, ils lanceront leurs grandes compagnies pétrolières. Mais c’est surtout aux lendemains de la Seconde guerre mondiale – l’encre des accords de Yalta n’est pas encore sèche – que Roosevelt s’empresse de convoquer le roi ibn Séoud à bord du croiseur lourd l’USS-Quincy pour signer un premier pacte « pétrole contre protection ». En effet, le premier Pacte du Quincy (14 février 1945) accorde l’exploitation des plus grandes réserves d’hydrocarbures du monde aux sociétés américaines en échange de la protection d’une dynastie bédouine qui n’a aucune légitimité pour prétendre à la gestion des lieux saints de l’Islam que sont La Mecque et Médine.

petrole Pacte « pétrole contre protection » DQmVjLybLZMGMZjgq3nC8ZSF5cPzNunCmajuoepmoW4ro9k

Le Pacte du Quincy est signé pour 60 ans. Il sera reconduit en 2005, pour une même durée par George W. Bush sans que l’événement ne suscite une seule ligne dans la presse parisienne… Toujours est-il que ce marchandage fondateur de l’Arabie saoudite moderne repose sur une première révolution de palais, sinon sur un coup d’État dont les bases ont été jetées par l’Intelligence Service britannique.

L’ASSASSINAT DE LAWRENCE

Depuis le début de la Première guerre mondiale, Londres avait misé sur le chérif Hussein. Hachémite, c’est-à-dire descendant du Prophète, Hussein a été chargé par les Turcs de la garde des lieux très saints de la Mecque. Il a épousé la fille d’un haut fonctionnaire turc et reçu force subsides d’Istanbul. Le voici maintenant stipendié aussi par les Anglais qui cherchent à l’utiliser contre l’empire ottoman. Londres va jusqu’à lui promettre que lui-même et ses fils Ali, Abdallah et Fayçal régneraient sur des entités indépendantes (Hedjaz, Syrie, Irak, Jordanie), réunies dans une grande fédération arabe gouvernée depuis La Mecque ou Damas. La suite est connue…

petrole Lawrence-Thomas-Edward

Les 300 000 Arabes combattant dans l’armée ottomane demeureront loyaux envers l’Empire. En comparaison, le nombre de ceux qui rallieront la bannière du chérif de La Mecque sera extrêmement faible, tout au plus quelques milliers d’hommes – souvent des déserteurs qui ne savent où aller – faiblement motivés à l’idée de combattre des coreligionnaires. Tout le contraire de la légende hollywoodienne d’un certain Thomas Edward Lawrence, plus connu sous le sobriquet de Lawrence d’Arabie.

Dans ses mémoires, il écrit :

« je voyais bien que si nous gagnions la guerre, les promesses faites aux Arabes seraient un chiffon de papier. Si j’avais été un conseiller honnête, j’aurais dû renvoyer mes hommes chez eux au lieu de les laisser risquer leur vie pour ces histoires douteuses. Mais l’enthousiasme arabe n’était-il pas notre meilleur atout dans cette guerre du Proche-Orient ? J’affirmais donc à mes compagnons de lutte que l’Angleterre respectait la lettre et l’esprit de ses promesses. Rassurés là-dessus, ils se battirent vaillamment. Pour moi, loin d’être fier de ce que nous faisions ensemble, je ne cessais de remâcher une amère honte »3.

Londres lâchera les Hachémites pour se tourner progressivement vers les Saoud, plus dociles et malléables. Et la honte ce cette nouvelle manipulation ne quittera plus Lawrence jusqu’à son « accident » de moto.Mort suicidaire ou provoquée, plusieurs sources dignes de foi estiment que l’Intelligence Service ne pouvait pas laisser vivre ce témoin capital de toutes les facéties orientales de la Perfide Albion… Près du lieu de l’accident, quelques minutes avant la chute mortelle, on vit disparaître un fourgon noir qui n’a jamais été retrouvé. Les historiens enquêtent toujours…

Richard Labévière
2 avril 2018

1 Philippe Simonnot : Le Siècle Balfour – 1917/2017. Editions Pierre-Guillaume de Roux, mars 2018.
2 Theodor Herzl : The Complete Diaries of Theodor Herl (2 vol.) – Thomas Yoseloff, 1960, vol. 2, p. 278.
3 T. E. Lawrence : Les Sept piliers de la sagesse. Editions Payot, 1936.


source/https://prochetmoyen-orient.ch/philippe-simonnot-un-siecle-de-malediction-balfour/

Laisser un commentaire

Navigation des articles

Source: 2663 – Un Siècle de Malédiction Balfour … par Philippe Simmonot – Sans a priori

1 thought on “2663 – Un Siècle de Malédiction Balfour … par Philippe Simmonot – Sans a priori”

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s